Ressusciter l’arbre à palabre.

amazing balance blur boulder
Photo by Nandhu Kumar on Pexels.com

Après un certain temps de recul, me voici de nouveau aux commandes de mon blog. Je m’étais rendu-compte que mes opinions pavaient la route à des expériences restreintes par le filtre de mes réflexions. En gros que je créais mes propres algorithmes et qu’ainsi je tournais en rond. Même récriminations, remarques … Il me fallait élargir le cercle de mes pensées voire le briser définitivement.

Quant à le briser j’ai aussi réalisé que ce n’était pas possible, nous sommes la somme de nos pensées réflexions et décisions. Il me revenait donc la tâche d’être vigilante vis-à-vis de ce qui retenait mon attention.

Tout d’abord, j’ai observé un côté très Gossip Girl chez moi, attiré par les tires racoleuses des médias. Qui fait quoi avec qui ou et pourquoi ?

Puis j’ai compris aussi que je me plongeais avec délices dans les tourments de la politique américaine, alors qu’en France et au Cameroun se jouaient des farces qui auraient mis en péril la vie fragile de ma vésicule biliaire.

Sortant peu à peu du doux foyer de mon nombril, j’ai lu ce qu’écrivaient les autres, mes amis*ies et connaissances virtuelles ou non. J’ai lu leurs révoltes, leurs colères, et comme je réagissais peu (sur les médias sociaux), je voyais de plus en plus de publications rageuses et emportées, et leurs pendants déclarations de paix d’amour et d’universalisme.

J’observais aussi mon fils grand gaillard abonné à Bob l’éponge et aux fantaisies de Disney Channel. Pour rester positif me disait-il. Il s’était construit des algorithmes puissants qui le poussaient vers des aventures apaisantes et rétributrices. Focalisé sur le bonheur.

Le tri dans mes relations poisoni-pètes ayant déjà été fait, il me restait à faire le ri dans le choix de ce que je considérais comme important pour ma vie. De ce qui me permettrait d’apporter ma pierre à l’édifice de l’histoire de ce monde.

Et avec tout ça j’ai découvert un moi qui souhaitait être libre tout simplement. Perturbé par les multiples demandes de ce monde. La pression des obligations, des traditions, des devoirs, des injonctions, de la morale, de la tyrannie du paraître et de la peur de décevoir…Ce monde est un monde de tractions, chacun exerce consciemment ou non une pression sur l’autre : On attend ça de elle personne, on veut si, on souhaite ça, de son entourage, de son pays, de la vie… Je regardais les ficelles qui nous lient les uns aux autres. La plupart du temps nous avons oublié de discuter. De prendre le temps d’échanger pour extirper le noyau de nos demandes et de besoins mutuels. Nous nous parlons l’un*une à l’autre, mais nous ne parlons pas ensemble. Nous assénons nos vérités nous en oublions l’échange. La conversation devient un espace d’affrontement duquel ressortira un gagnant*te et un perdant*te. La parole asphyxiée gît pantelante sur le sol d’un monde trop pressé.

photo of person holding h cutout decor
Photo by rawpixel.com on Pexels.com

Parce qu‘il n’y a plus d’espace pour l’autre, que chacun que se bat pour que sa pensée prenne l’air, nous sommes tous embarquées sur les canots de secours surchargés d’un Titanic qui prend l’eau. Le Titanic de la communication. J’ai vécu ça en réunion dernièrement lorsque j’ai émis une réflexion qui n’allait pas dans le sens du consensus. Je n’ai pas pu développer mon idée jusqu’au bout, une femme est intervenue sur un mode défensif tellement surprenant que j’ai préféré me taire. Essayer de raisonner quelqu’un*une dans de telles conditions constitue une perte de temps et d’énergie. Elle défendait un territoire que je ne convoitais pas. Mais je pouvais voir les ficelles qu’elle tirait. Besoin de reconnaissance, besoin de validation. C’est humain. Elle avait été blessée parce que cette ficelle n’agissait pas sur moi. Et je comprends ça. J’ai proposé de reporter le débat. Motion acceptée.

20181013_145839
Stop! Arrêtons-nous un peu! Et demandons-nous ce qui compte le plus. LE PLUS! Sans parler des contraintes matérielles et autres. Ce qui constitue le sel de notre vie et ce cadeau peut-être pouvons-nous le faire aux autres.
Faut-il ressusciter l’arbre à palabre? Palabres venant de l’espagnol palabras qui veut dire paroles ( donc pas d’origine africaine merci!). Sous l’arbre à palabre, chacun prend le temps de communiquer, il n’y a au bout du compte que des gagnants*tes.

Ce qui me connaissent personnellement savent que je suis très bavarde et par chance beaucoup de mes amis*ies le sont aussi. Alors, suite de ces réflexions, j’ai décidé de leur donner de l’espace pour parler quand je m’entretiens avec eux*elles. Et c’est magique. Ceux qui ont un débit rapide et vertigineux, (j’ai une amie qui prend à peine sa respiration) le débit ralenti. Pendant un moment c’est étrange, le silence s’installe. C’est un silence dans une conversation, c’est le moment où les esprits respirent. Et la conversation reprend. De plus en plus calme, de plus en plus connectée.

three woman sitting smiling inside room
Photo by rawpixel.com on Pexels.com

Le recul m’a permis de lâcher mes ficelles et d’accepter de dériver au gré d’une énergie clémente. Comment ? En baissant mes barrières et en acceptant d’avancer dans la vie sans crainte de déplaire ou de plaire, tout simplement en acceptant de mener une vie qui me donne le sourire.

J’ai commencé par dire « non » quand je voulais dire « non ». Puis j’ai continué en me rendant malgré une grippe vilaine ‘ j’avais réservé), par me rendre à « l’Atelier de lumières » seule, puisque personne de mon entourage ne souhaitait se joindre à moi, et j’ai découvert que j’aimais ça. La liberté que ça m’a donné de rester pour deux séances et d’échanger avec les gens à la sortie, m’a ouvert un nouvel horizon. Désormais je vais me programmer des visites de galeries et expositions sans contrainte seule ou non.

Quelle que soit les conditions, c’est le meilleur de ma vie que je décide de vivre.

img_20181013_135148616


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s