Le dating, le sexting, en voilà du joli!

 

20180314_210422.jpg

Il y a quelques années, je m’étais inscrite sur un site de rencontre pour éventuellement rencontrer Mr « Right ». Je ne fus pas déçue. Entre le touriste sexuel qui recherche un 5 à 7 pendant que sa femme est en vacances avec les enfants et la victime qui ne cesse de se plaindre de son ex-femme, j’ai rencontré un petit panel très intéressant. Bien entendu il y a eu de jolies rencontres! Mais où serait le fun si on ne parlait que de celles-ci?

Il y a eu de beaux rendez-vous qui ont généré une amitié/camaraderie. Si la complicité était là, nous ne poussions pas plus loin. Mais ce n’étaient pas des occasions ratées, loin de là! Disons que j’étais frileuse et qu’ils grelottaient aussi. Les moments que nous avons partagés restent des souvenirs très joyeux et agréables.

A force de rendez-vous, j’avais développé une sorte de sixième sens du dating. Je reniflais facilement celui qui venait là pour goûter à la chair sans désir de s’engager. Prédateur parfait pour victime en mal d’amour. Je nextais dans la minute.  Je repérais aussi, et ce fut un cas intéressant le « breeder ». Celui-là séduit les femmes pour leur faire un enfant et avoir un toit sans avoir besoin de payer. L’homme dont je parle était venu au rendez-vous avec un cadeau pour moi –Fallait pas merci ! Et une bible ! Tout de suite ça a éveillé mes soupçons. J’ai vu « La nuit de l’Iguane » moi ! J’ai utilisé mon petit truc quantique, et sans comprendre pourquoi, il m’a révélé avoir quatre enfants de quatre femmes différentes. Et qu’il aimait jouer les patriarches lors des repas de famille. Brave homme ! Merci mais non merci !

Il y a eu le musicien leader d’une bande de métal, esprit libre et passionnant. Nous parlions au téléphone jusqu’à l’aube. On décide de se rencontre. Restau sympa, il me propose d’aller l’écouter chanter. Je dis oui. Je me retrouve dans un appartement qui finalement est le sien. Wow ! Ok ! Il me prépare un petit thé délicieux de chez Kusmi. Puis il va poser nos manteaux dans sa chambre, et il revient son instrument à la main. Quand je parle « d’instrument » je parle de celui avec lequel il est venu au monde. Certainement la bête immense qui a séduit Ève dans le jardin d’Eden !  Je me lève et poliment je décline l’invitation. Je ne sais pas ce que l’homme a fait de son crotale, mais j’ai pris mon manteau, mes cliques et mes claques. Impossible d’oublier cette vision !

Il y a eu des hommes en passe de devenir messiers, plus vraiment étudiants mais presque, trentenaires repoussant l’âge adulte avec force et fracas. Beaux gosses au langage cryptique, passionnés de trucs underground qui leur donnent l’illusion qu’ils ne vieilliront pas. Ils sont intéressants, amusants, pétillants. Mais pour moi, ils sont comme les papillons blancs qu’on voit voler au printemps, ils ne durent qu’une saison. Out.

Il y a eu l’homme mûr et érudit, celui qui a tout vu qui sait tout, qui se lève quand vous approchez de la table au restaurant, qui vous tire la chaise, qui commande le vin, et parfois votre plat. –Merci mais je sais lire. Et surtout qui s’enivre du son de sa propre voix. Celui-là, je parie qu’il a un miroir au plafond de sa chambre. Je n’ai pas ressenti le besoin de vérifier.

Il y a eu l’homme mûr sensible et génial. Il est cultivé, passionnant. Il est gentil, attentionné. Il est à l’écoute. Il a de l’humour qu’il exerce très souvent à ses dépens. Il vous fait vous sentir belle, un peu trop même. Gare à la désillusion peuchère ! Puis il vous raconte son histoire et c’est le drame! Souvent il s’est fait malmener, arnaquer même molester, par son ancienne compagne. Les cerveaux brillants peuvent être très naïfs parfois. Sexy out. Je me transforme en infirmière psychologue et chez moi, c’est rarement aphrodisiaque.

Il y a eu l’amateur de chocolat. Dès qu’il me voit, c’est à peine si la bave ne coule pas au coin de sa lèvre. – On se fait la bise?– Non ça va aller ! Durant tout le repas, il clignote entre mes seins et ma bouche. Tendu. Quand je croise les jambes, j’ai l’impression qu’il va avoir une attaque. Pour lui la femme noire est la plus belle des femmes, parce que même nue, elle semble habillée. Je traduis. C’est vrai que la cellulite ça se voit moins sur une peau noire! Pardonnez mon cynisme, mais vous reprendrez bien un peu de sarcasme avec vos lieux communs ? Surpris par mon manque d’enthousiasme, il tente de se rattraper et s’enfonce davantage. Je peux voir sa main jaillir du fond du marécage dans lequel il sombre. –VOUS, (les femmes à la peau sombre je suppose… Soupir… Vous voyez ce que je veux dire…) avez une peau si douce, et des manières si sensuelles, jusque dans la démarche (monsieur aime les fesses rondes !) La pudeur tu vois, c’est un truc inventé par les colons! Quand VOUS dansez, VOUS osez quoi! Le corps libre…Le reste s’est perdu dans le brouillard de mon ennui. Allez un alka et au lit !

Et il y a eu le gars sympa  qui  échange avec toi, on se trouve des trucs en commun on passe un super bon moment. Et à la fin il te dit qu’il ne cherche pas à se fixer, alors que dans ton intro tu as spécifié que tu cherchais à te fixer. Traduction, tu m’as fait perdre mon temps Ombre! Pourquoi ? Pour satisfaire ton ego ? L’histoire s’est arrêtée là. Je ne fais pas partie de celles qui espèrent pouvoir changer un homme. Si ça n’est pas ça, je ne vais pas lutter pour que ça le devienne.

Il y a eu…, et aussi…, et encore…

Donc dating out !

 

Puis un beau jour, sur une plateforme absolument pas dédiée à la rencontre, pas fondamentalement en tout cas, puisqu’elle privilégie le côté business, je reçois un message privé. Sympa on commence à échanger. Je n’aime pas beaucoup les « chat ». Je trouve que ça occupe trop de place dans ma tête. Gestalt thérapie exige, je n’aime pas les points de suspension d’une conversation qui peut durer plusieurs jours parce chacun est occupé de son côté. Ça me rend nerveuse. Alors je pose mon téléphone et je passe à autre chose. Mais lui répond rapidement. Chaque jour c’est une belle conversation qui dure une heure plus ou moins. Je comprends qu’il aime donner de son temps.  Et lorsqu’on échange, il ne s’éparpille pas. Une amitié se tisse avec des blagues et des partages de photos illustrant nos journées. Cool.

L’homme est sculpteur, il vit en province. Ses statues ont des poses sensuelles et pudiques à la fois. J’aime beaucoup. Un jour, je m’amuse à en reproduire une (pose) et je lui envoie la photo. Il apprécie. Il en envoie une en retour. Marrante et loufoque. Une semaine se passe entre rire et complicité. On s’échange des poses. On dialogue de plus en plus longuement. On commence à se téléphoner. On envisage de se voir un jour. Toujours des rires. Des anecdotes…

Un soir, il me demande – Tu ne trouves pas que ce serait mieux si tu enlèves le haut ? Je crois avoir mal entendu. – Le haut de quoi ?Tu pourrais prendre la pose torse nu! (Ô petit canaillou à la gouaille subtile!)

Arrêt sur image. On vient de basculer de bonne camaraderie à intimité surprise en deux secondes! Wow! Nous n’avons jamais évoqué le sujet. Ou ai-je mal lu entre les lignes ? Je tombe de haut.

Il continue. – Tu peux cacher ton visage si tu veux, c’est encore plus sexy!

Il y avait quelque chose de beau d’intrigant et de séduisant dans tout ça…Quelque chose qui aurait pu être…Si seulement je le connaissais. Mais je ne savais de lui que ce qu’il me disait et inversement. Et je n’ai pas ce truc de m’offrir comme ça.  Mais j’hésitais. Ma petite étincelle de folie me disait que c’était inhabituel et que justement c’était intéressant, et que ça pimenterait mon expérience. Et artistiquement un visage masqué sur un corps dénudé, ça peut être très beau… Oui mais pas mon corps répondit ma petite graine de sagesse. Et puis j’avais vu « Citizenfour »! Pas question de laisser « mon torse » se balader pour l’éternité sur le web! Enfin, je réponds :

« – Je ne pense pas non.

– Pourquoi ?

– Je n’envoie pas mes photos sur le chat ! (Même pas eu le courage de lui dire que ça me fout les boules !)

– Envoie les par mail alors ! Allez ! (Diable l’homme est affamé !)

– Ben fais le toi si c’est si facile ! »

Qu’est-ce qui m’a pris ?

C’est comme s’il n’attendait que ça !

Je ne vous fais pas de dessin. L’homme ne m’a rien caché de son anatomie, et du plaisir qu’il avait à la dévoiler.

Je me suis sentie glacée.

Pour de multiples raisons :

-1- J’avais les boules d’être si prude. Un point de moins pour l’artiste libérée! Il était plutôt pas mal, bien même, très bien.

-2- Son attitude ne me donnait plus envie de le connaitre. Je devinais que désormais, si je faisais tomber le haut, les conversations se limiteraient à, –Qu’est-ce que tu me montres aujourd’hui ? Jusqu’à ce que je fasse tomber le bas et là…

-3- Je pouvais presque sentir des relents de phéromones sourdre du téléphone.

-4- Je me sentais glacée parce que je l’aimais bien et que pour moi, il était tombé au niveau de ceux que certaines appellent les bitards. Parce qu’il avait savamment dirigé pendant plusieurs semaines notre conversation pour en arriver là.

-5- A le lire, et à l’entendre il était persuadé que dès le lendemain, je tomberais la culotte !

-6- J’avais la nausée.

Mauvaise pioche ! L’affaire fut classée, le monsieur bloqué, fin de l’histoire. Mais par la suite, je me suis demandé si c’était une chose que je ferais avec un homme que j’aime. Et je me suis dit que ça pourrait être amusant si c’était fondé sur la complicité et la confiance.  S’il ne s’agissait pas que de nudité (ben non! Quoique…) mais de fun et de partage.

2018-03-27 (2)

Je serais bien en peine de dicter les règles d’un sexting réussi, mais il y a des mini-choses qui pour moi tombent sous le sens :

-1- Si on est sur la même longueur d’onde, le jeu peut en valoir la chandelle.

-2- C’est bien quand les participants*tes sont tous*tes volontaires, qu’il n’y en ai pas un*e qui subit, alors que l’autre s’amuse.

-3- Il vaut mieux que ce soit un jeu. Se prendre trop au sérieux limite la fantaisie et bride l’imagination.

-4- C’est cool quand ça reste entre vous. Votre petit jardin secret, votre carte perso vers les jardins de Bagatelle.

-5- Vous avez toujours le droit de dire NON! Et réciproquement. Si ça bousille la relation, eh bien vous l’avez échappé belle! Yeah vous!

 

Et vous alors? Est-ce le genre de petit jeu qui vous tenterait? Et le dating? Vous avez essayé?


6 réflexions sur “Le dating, le sexting, en voilà du joli!

  1. coucou miss
    J’ai rencontré mon ami sur un site après plusieurs rencontres euh comment dire………..de quoi écrire quelques anecdotes. J’ai aussi développer une sorte de sixième sens, a repérer les gugus en mal de sexe , les tordus etc.
    Un chouette article
    bisou

    Aimé par 1 personne

  2. Oh mince je ne m’attendais pas à cette chute pour le dernier, il avait l’air si intéressant mais au fond que cherchait-il vraiment? Quant à celui qui pose ton manteau et qui revient nu non mais c’est quoi ça? Mais je me demande souvent est-ce que ça marche un jour donc il se disent bingo j’ai la formule magique ou ce sont des rêveurs?
    Alala encore un très bel article
    Bises

    Aimé par 1 personne

  3. Que j’ai ri en lisant cet article, oh là là merci 🙂
    Avant de me poser avec mon cher et tendre, je n’ai jamais voulu essayer les sites de rencontres… je n’ai absolument rien contre, d’ailleurs j’ai quelques exemples de couples made in meetic autour de moi. J’avoue que je craignais exactement tout ce que tu viens de nous dire !
    Mais finalement ça fait de bonnes anecdotes à raconter, et puis dans le cadre des rencontres plus classiques ça arrive aussi de tomber sur des oufs. Nan mais le gars avec son instrument, je lui remets la palme du mauvais gout, quand même ! Dans ces cas-là je me dis toujours : « Mais s’ils le font, c’est que ça doit marcher à un moment donné? » Ca fait frémir. De peur ou de rire, je sais plus trop, haha

    Aimé par 1 personne

    1. Hahaha c’est vrai que s’ils tentent le coup c’est que ça doit marcher ! Je n’y avais pas pensé ! Les scènes de rendez-vous sont souvent les plus drôles dans les films parce qu’on y trouve matière à rire! Heureusement le ridicule ne tue pas…Il paraît !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s