5 femmes dans ma vie, 5 rôles modèles.

A-t-on besoin de rôles modèles ?

Selon moi, oui. Il est toujours bon d’avoir une ou plusieurs personnes qui sont dans la veine de ce que vous souhaitez et choisissez de réaliser. Elles nous servent de référence. Comme un point de mire, elles vous indiquent le Nord quand vous vous sentez perdu*ue. Elles nous permettent d’ajuster notre trajectoire et de rester concentrés*ées. Il n’est pas question de copier leur conduite, mais de regarder dans leur direction.

 

Qu’est-ce qu’un rôle modèle ?

Un rôle modèle c’est une entité vivante ou morte qui nous sert d’exemple pour avancer dans la vie. C’est comme un patron pour un vêtement, sauf que c’est une personne. Autrement-dit, tu tailles ta vie sur l’exemple que te proposent tes rôles modèles. Tu peux tout à fait décider que ce qui t’intéresse ce ne sont pas les ragots, l’image populaire et autre sucreries empoisonnées, mais leur éthiques de vie, leurs citations, leurs actions, ou leurs coups de gueule. Tu choisis chez tes modèles ce qui t’inspire et quand tu sens que tu flanches, que ta vie à un point de côté, tu lèves les yeux et tu les vois rappliquer avec force citations, et encouragements pour t’insuffler le courage de continuer.

Hommage aux femmes, j’ai choisi de parler des cinq femmes qui m’inspirent aux quotidien. Je choisis de mettre mes pas dans les leurs parce que c’est un grand honneur et que je les trouve remarquables.

 

1-

Mme Vial 20180315_145352

Elle fut mon professeur de géologie, de géographie et de français dans un cours privé de Versailles pendant deux ans. Elle fut davantage. Elle avait une coiffure particulière, une très longue natte qu’elle portait à l’ancienne en couronne autour de la tête. Un personnage du 19 ème siècle avec la mentalité du 21 ème siècle. Féministe, dure et tendre, avec un regard perçant. Elle nous appelaient jeunes-femmes et détestait le mot « filles » pour des adolescentes. (J’ai gardé ça je n’aime pas qu’on m’appelle fille, je suis femme et fière de l’être.)  Elle rendait l’apprentissage pratique. Je détestais la géologie, fastidieuse et bon cambrien ou précambrien…wtf ? Elle est venue un jour avec des bijoux, des pierres précieuses, semi-précieuses, des cristaux etc… Elle nous raconté l’histoire de la terre. Illustrant ses propos avec des pierres. Mes notes ont augmenté. Elle nous a appris qu’afin de garder un cerveau alerte et de ralentir le vieillissement, il fallait apprendre tous les jours quelque chose de nouveau, ne pas avoir peur de ne pas savoir. Que seuls les idiots croyaient tout savoir. Nous faisions des mots croisés. Nous apprenions les couples célèbres, les attributs des divinités du panthéon latin et grec.  Nous apprenions des dates importantes de l’histoire de France. Des citations… Elle voulait faire de nous des jeune femmes cultivées et curieuses. Ce cours formait des futures épouses pour diplomates ou homme d’affaire. Cours de couture, de maintien, et surtout on ne pousse pas au-delà de la 3ème. La plupart faisaient des études de puériculture ou se préparaient à devenir sage-femmes en attendant le chirurgien qui voudrait bien les épouser. Mme Vial voulait autre chose pour nous.  Elle nous poussait à avoir une conversation qui a du sens, de la profondeur. Elle disait que nous n’étions pas de oies. Elle m’a appris à avoir un regard autre sur mon environnement.

Et plus que tout, elle a invité chez elle. Un petit groupe, mes meilleures copines. Quelques jours pendant les vacances. Nous allions en forêt, nous parlions des heures entières. Elle nous a donné des cours d’éducation sexuelle avec l’autorisation de nos parents. Des cours de vie. Des cours très particuliers. Sur l’art de cuisiner, de choisir les aliments, les parfums, les gestes qui aide à développer la sensualité. L’art de s’habiller et de se parfumer, pour soi d’abord. Pour assoir sa personnalité. Elle nous disait que les rencontres qui se prolongeaient par un mariage se faisaient rarement à la plage mais au ski. Que la peau attisait le désir et l’envie mais que c’était éphémère.  Que le mystère avait été et serait toujours l’ingrédient précieux. Le regard et le sourire. Nous avions les concours de Joconde.  Elle m’a dit que je serai comédienne. Elle a dit à ma mère de me présenter au concours du conservatoire. Elle voulait m’y préparer. Ma mère m’a changée d’école. Je n’ai jamais revu mme Vial. Elle manque terriblement. Je n’ai jamais oublié ce qu’elle m’a appris. Je continue à apprendre chaque jour. A regarder le monde en profondeur avec cette belle double lecture. A recevoir les cadeaux de la nature. La femme que je suis lui doit beaucoup. Je lui suis tellement reconnaissante. Mme Vial vous êtes ma maman spirituelle. Et j’espère qu’elle m’a vue un jour à l’écran…

 

-2

Rosine Margat  rosine margat

Elle était la directrice de cours Simon et aussi ma professeure. Ce que mme Vial m’avait aidé à construire à l’intérieur, elle m’a aidé à l’extérioriser. Quand je suis arrivé au cours Simon, j’étais pétrifié par la peur. Le trac et la panique. Je me cachais dans des vêtement très larges et masculins. Elle m’a donné des rôles de femmes puissantes, bien dans leur corps, sensuelles et séduisantes. Petit à petit, ce qu’elle avait vu en moi a commencé à émerger. J’ai habité mon corps, j’ai assumé ma féminité, mes courbes et j’ai osé montrer un peu de chair. Surtout j’ai commencé à m’ouvrir aux autres. Elle m’a poussée à passer davantage de temps avec les autres élèves. Après le cours mon mari venait me chercher. Je n’allais pas au café avec les autres. Elle m’a convoquée dans son bureau et nous avons eu une conversation. J’ai versé des larmes, elle a pris ma main et m’a parlé longtemps. ça reste mon jardin secret. Nous avons trois conversations comme ça. Je les garde dans mon cœur. Il y a eu la célébration du Beaujolais nouveau en classe, et tout le reste n’est qu’histoire. Je me suis tellement épanouie que j’ai fini par divorcer. Une des meilleures décisions de ma vie. J’avais un rire silencieux et discret avant Rosine. Grâce à elle, j’ai appris à rire à gorge déployée. Mon rire est reconnaissable maintenant. Et oserai-je le dire ? J’ai grâce à elle rencontré l’homme avec lequel j’ai eu mon premier orgasme. Ben ça ne s’oublie pas !

Elle me connaissait si bien c’était incroyable ! Dans mon enfance j’ai passé mon temps à me freiner. J’étais hyper pour ma famille. Toute cette lave qui bouillait en moi c’est en jouant que je la laissais jaillir. Lorsque je passais ma scène, Rosine me disait : « c’est bien Ngijol, bon, maintenant lâchez-vous ! » Et là, c’était magique ! J’oubliais tout, je me jetais à corps perdu dans ce théâtre que j’aime par toutes les fibres de mon corps. J’exultais. (Le cinéma français a peur de ces explosions de fougue, le mot magique des réalisateurs « Gomme !  Gomme !» Une actrice qui vibre pour eux est folle, Adjani, Dalle, Le Besco… aux secours !!!) « Le théâtre c’est sur scène pas à la ville ! » S’il me prend des envies de diva, cette phrase me ramène à l’ordre. Elle a quitté notre monde la 5 août 2010. Je vous aime Rosine.

 

-3
Whoopy Goldberg ou Carine Elaine Johnson.  whoopi 2

Cette femme est une incroyable artiste. Elle a obtenu tous les prix d’interprétations prestigieux aux usa, et de nombreuses distinctions. C’est une interprète incroyable. Une rebelle qui ne s’est pas fait lisser les cheveux, refaire le nez ou glissée dans un corset pour pouvoir faire carrière. Elle a osé avoir des opinions politiques marquées. Ce qui lui a valu le placard. On est revenu la chercher. Elle anime un talk show national qui a tellement d’influence que Trump a tout fait pour y être invité lors de la campagne présidentielle. Il n’a pas été reçu c’est sa fille qui est venue. J’aime la femme, l’interprète, l’activiste, l’écrivaine, la visionnaire et le rôle-modèle qu’elle est pour l’actrice noire que je suis. Je rêve d’un jour pouvoir passer du temps avec elle pour discuter et surtout l’écouter. Grâce à elle, j’ai pris la décision de ne plus suivre les diktats du cinéma français pour lesquels j’étais trop ceci pas assez cela. En gros  africaine mais pas assez pour leurs stéréotypes, contemporaine mais trop typée pour entrer dans leur cases. F… You! Missis Goldberg, I take a bow.

 

4-

Lisa Ling  lisa ling

Voila une journaliste tellement humaine qu’on rêverait de l’avoir comme amie. Et si intelligente qu’on passerait des heures à l’écouter. Mais au-delà de ça, une femme qui ose. Elle est la spécialiste des documentaires en immersion sur la chaîne d’Oprah Winfrey OWN TV, elle va au-devant des gens quels qu’ils soient. Si elle ressent des préjugés, elle en parle, elle se challenge. J’aime cette humilité c’est aussi sa force. Grâce à Lisa Ling, un autre visage des états unis nous a été révélé. Un visage qui nous ressemble, un portait d’humains. On s’y retrouve quelque soit le pays qu’on habite. Sa transparence est une inspiration. Mêler ce qu’elle fait à sa vie pour ne pas rester spectatrice. Pour que nous comprenions qu’elle est comme nous. Toujours rester authentique. C’est ce qui chez elle m’inspire. Chercher l’humain toujours. Et corriger sans cesse son point de vue. Missis Ling you are a gift.

 

 

-5

Wanga Muta Maathai.    wanga2 Prix Nobel de la paix en 2004 (elle avait reçu le Nobel alternatif en 1984)

La femme qui plante des arbres. Elle a quitté son corps le 25 septembre 2011. Biologiste, elle s’est intéressée à ce que les grandes sociétés d’exploitation faisaient subir à la terre au Kenya. Elle a montré aux femmes qu’elles pouvaient faire quelque chose pour prévenir la déforestation, planter des arbres. Puis le mouvement prenant de l’ampleur, elle a pu stopper des projets qui aurait nui à l’écosystème. Elle devient un personnage politique en vue, le porte-parole d’une nature qui n’a pas de voix et un symbole pour les femmes du Kenya. Pour les pays émergents. On commence la révolution ou plutôt l’évolution, avec ce qu’on a. Activiste, elle fonde un parti politique écologiste. Elle sera nommée ministre de l’environnement. Et elle n’y a pas fait la plante verte ! Malgré les menaces elle a continué sa lutte. Elle est pour moi l’exemple de la résilience et de la persistance. Planter un arbre c’est faire un pari sur le futur. C’est avoir une vision qui se prolonge après notre passage sur terre. Cette femme, me rappelle qu’en faisant avec ce que j’ai, je participe aussi à l’histoire de cette planète. Nous avons tous*tes un rôle à jouer. Elle m’aide à voir au-delà de mon nombril. Wanga Muta Maathai, mon respect pour vous est infini.

 

Et vous quels sont vos rôle-modèles? Et surtout pourquoi?

Je vous souhaite le meilleur!

20180314_204747

Still standing!

1L:.

 

Bibliographie :

Je-serai-comedien https://livre.fnac.com/a1851687/Rosine-Margat-Je-serai-comedien

 

run

https://www.goodreads.com/book/show/26453707-if-someone-says-you-complete-me-run

ling

https://www.goodreads.com/book/show/7818223-somewhere-inside

 

Celle-qui-plante-les-arbres

https://livre.fnac.com/a1961365/Wangari-Maathai-Celle-qui-plante-les-arbres

 

 

 

 

 


11 réflexions sur “5 femmes dans ma vie, 5 rôles modèles.

  1. Coucou,
    Celle qui m’inspire en premier c’est ma mère ❤ et celle en qui je me reconnais c’est Taraji P.Henson elle est juste incroyable je la kiff et elle m’inspire bcp ! Voilou sista 😜
    Bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou, ton article était plaisant à lire, on en apprend beaucoup et c’est bien. J’admire le fait que tu donnes autant de toi à tes lecteurs. Je n’ai pas vraiment de femme modèle mais j’aime bien Maya Angelou ou Oprah Winfrey, j’aime l’image de femme qu’elles dégagent ou dégageaient, le combat de leurs vies et je m’en inspire parfois.
    Allez bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s