Est-ce que les contes de fées ont fait de moi une boloss?

Je n’ai jamais été fan des histoires de princesses qui ne foutaient rien ou se faisaient bolosser en attendant qu’un fringant prince charmant vienne les sauver. Ce qui me plaisaient chez les princesses c’étaient leurs tenues. particulièrement celles de Cendrillon.  Je préférais les contes avec une morale. « Le vilain petit canard »,  » le pays des 36000 volontés »…

Je voulais juste vous parler d’une habitude qui est en train de fondre comme neige au soleil, chez tout le monde et comme je fais partie de ce monde, chez moi aussi. La politesse nimbée de courtoisie. Xtine, une amie d’enfance m’adore mais ne supporte pas  ce qu’elle appelle mon extrême politesse. Exemple : Nous passons dans un sas, il y a  deux portes à ouvrir. Je lui dit « merci » quand elle me tient la première porte puis « merci » quand elle me tient la deuxième . Elle me répond agacée  » J’avais compris la première fois! » Et avec un petit sourire sarcastique, « Merci! ». Quand nous allons à la boulangerie, en fait une pâtisserie incroyable sur la place du marché à Versailles, elle demande tel et tel gâteau et « combien je dois? » et c’est tout. Alors je passe derrière avec force « s’il vous plait, merci et au revoir » pour nous faire pardonner. Et ma pote me foudroie du regard.

-Ben quoi?

-T’es sérieuse-là? »

Polie! Mais pourquoi?

Mon fils estime que ça fait larbin. (Ciel!  Quelles valeurs lui ai-je donc transmises?). Nous avons eu cette conversation un jour où J’avais eu besoin d’un justificatif pour une démarche que je venais de faire à la préfecture. Peu avant de franchir la porte du bâtiment je réalisai que j’avais oublié de le demander . De retour au comptoir d’accueil, je me suis excusée auprès de la dame qui venait de me recevoir. Et elle me fit attendre près de vingt minutes pour me donner un papier qui prendrait deux ou trois minutes de son temps à rédiger.  Je décidai d’obtempérer, mais à ma manière. En m’accoudant au comptoir et  en en profitant pour regarder les personnes qui défilaient et écouter leurs histoires. Et ça m’a donné de l’inspiration pour mes nouvelles. Mon fils fulminait, je restais zen.   Et une fois mon papier en main, je remerciai la dame, surprise, et je retournai auprès de mon fils qui me fit savoir que selon lui je n’aurais jamais dû m’excuser. Que cette femme s’était sentie du coup investie du pouvoir que lui conférait sa mesquinerie. #PouvoirdeHyène.

 

Le plus derrière le moins, ou attention aux pièges!

Je sais qu’il avait vu juste dans le jeu de cette dame. Mais il n’avait pas saisi que si je m’étais mise en colère, je serai entrée dans son jeu.  J’ai expliqué à mon garçon que cette femme s’attendait à un éclat. Le stéréotype de la « black angry woman ». J’étais soit un dérivé de l’oncle Tom, oui mââm, bien mââm, … Soit la version sous-titrée des Real Housewives d’Altlanta, attends que j’ôte mes boucles d’oreilles et que m’enduise la peau de vaseline bitch!!!.  Heureusement ma mère m’a donné des valeurs de politesse et de retenue qui m’ont été et me seront très utiles pendant des décennies. J’ai simplement fait de citrons acides une délicieuse limonade. Et même si pour le moment ça l’agace. J’ai transmis à mon fils une valeur fondamentale qui lui restera longtemps après que je sois partie. Ce n’est pas grand chose et c’est beaucoup. Ce sera son héritage

Et pour en revenir aux conte de fées, mon favori s’appelait « Les fées ». Il nous dit que courtoisie, bienveillance et politesse sont des valeurs inestimables. Je le lisait sans cesse.

Certaines personnes peuvent être amenées à penser que ces valeurs ne sont plus d’actualité. Dans le monde tel qu’il se présente, tout est rapport de force et de pouvoir. Comme des gorilles, nous donnons de la valeur à ceux qui nous oppriment et nous méprisent. « Oignez vilain il vous poindra, poignez vilain, il vous oindra. » Mon père répétait souvent cette phrase. C’est un point de vue intéressant. Je ne partage pas ce point de vue dans sa globalité. je pense que les gens répondent à ceux qui émane de nous. Si nous avons une notion claire de notre valeur et de notre position, les attitudes dites irrespectueuses ou abusives, n’ont plus le pouvoir d’affecter notre bien-être. Elles sont ce qu’elles sont et ne reflètent que la nature de notre interlocuteur.

 

Ces valeurs?

-1- S’accepter envers et contre tous.

Avant j’étais violemment atteinte par un comportement irrespectueux, ou discourtois. Et même si je ne montrais rien,j’avais une sensibilité à fleur de peau. C’est que souvent, mon métabolisme émotionnel met vingt-quatre heures à digérer les émotions refoulées. Les dégâts il fut un temps étaient massivement destructeurs. Maintenant je gère. Une fois de plus en acceptant celle que je suis et par conséquent en autorisant les autres à être ce qu’ils sont. C’est vrai que je donne l’impression d’être faible, ou fragile perchée dans mon monde  là-haut avec les petits oiseaux. Et bien, okay on dit ça , ça me convient parfaitement! Et j’em… ce qui trouvent à y redire! Et ça fait un bien fou!

332_1

-2- Accepter ses émotions. Personne ne vous punira et promis, vous n’irez pas vous faire rôtir le derrière aux flammes de l’enfer.

Je me suis aussi autorisée à ressentir de la colère.  je me suis donnée la permission de l’exprimer, non pas de façon vindicative, mais pour expurger le poison. Retrouver mon intégrité. Mon authenticité.  Oui j’ai le droit de me dire qu’un tel est con comme la lune (la pauvre!) ou bête à bouffer du foin (une fois de plus les ânes en prennent pour leurs grades!).  Avant je m’autorisais même pas à le penser.  J’étais mon propre Tartuffe. J’avais du mal à formuler tout ça . Possible qu’inconsciemment je craignais que des serpents et des crapauds surgissent de mon gosier. Maintenant je comprends que c’est la liberté qui sort de mon gosier. Appeler un chat un chat, et un idiot idiot, libère. Il n’est pas question d’aller admonester tout le monde comme une folle lunatique mais juste de reconnaitre ses émotions pour ce qu’elles sont. Et surtout de s’en libérer.

Les contes de fées ont véritablement contribué à créer une génération de boloss.


6 réflexions sur “Est-ce que les contes de fées ont fait de moi une boloss?

  1.  » Si nous avons une notion claire de notre valeur et de notre position, les attitudes dites irrespectueuses ou abusives, n’ont plus le pouvoir d’affecter notre bien-être. Elles sont ce qu’elles sont et ne reflètent que la nature de notre interlocuteur. ». Just genuis. Et cela on l’expérimente tous les jours sur les réseaux sociaux notamment.

    Aimé par 2 personnes

  2. Oh la la comme je me reconnais dans ton article j en suis a un point ou tout me coule dessus tant que ca n affecte pas mon moi intérieur, cela fait des années que je ne m’emporte plus (j’ai fait un job de dingue pour en arriver là) j ai tout de même une soupape et gars a celui qui fera déborder mon vase la note sera plus que salée ! Pour ce qui est de la politesse ma bouche est muette comme mes yeux sont ma bouche j’attache une grande importance a être poli et je suis fier d’avoir inculqué cela a mes loulous. On agace les gens à dire « à tes souhaits » 10 fois s il le faut et pareillement pour le « merci » mais tant pis au moins on est poli 😉 bel article
    Triss

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s