Réchauffé…

Pour cette semaine,reprise et réchauffage (pas d’effet de serre on se rassure!) de mon blogger que j’ai abandonné pour Worldpress.. . En fait pour situer le tout. Laissez-moi prendre une petite gorgée de thé…Voilà! Suite aux doux événements tels que l’élection à la présidence d’un des états les plus puissant au monde d’un home à la personnalité très opaque, et le couronnement de celui qu’on attendait pas (et qu’on ne plébiscitait pas forcément) aux primaires de la droite , les coups de gueule d’une fille à papa poussée aux extrêmes, et ma grande Bretagne qui s’exit, j’ai eu l’idée de m’interroger. Qu’est-ce que c’est être noire dans ce monde? Et quand ai-je su que j’étais noire? Est-ce que ça fait mal? Est-ce Beyonce serait aussi cool si elle était white? La suite…Suit. Biz.

 

« Tu es une p… de bonne comédienne, dommage que tu sois black, tu ne feras rien dans ce métier. »  C’est avec cette phrase fleurant bon l’optimisme, qu’un élève du cours de théâtre parisien renommé, dont le jury venait de m’attribuer un prix, m’avait congratulée. Je n’avais pas su quoi répondre. J’avais été cueillie à chaud et je devinais qu’il n’avait pas voulu se montrer cruel. C’était un fait.  Au vu des éléments combinés comédienne, femme, black et France, j’avais tiré la courte paille.  Aurai-je le courage de faire mentir cette prophétie?  Des années après, cette phrase flotte encore dans mon éther. C’est dire à quel point j’ai du mal à cicatriser. J’avais choisi un chemin semé d’embuches pour un individu lambda, pour commencer. Et d’autre part, j’avais une couleur de peau qui ne se glissait bien souvent  dans l’inconscient des scénaristes ou réalisateurs-trices ou autres décideurs, qu’au travers de clichés éculés.

Le racisme est un luxe que je ne me suis pas permis de ressentir avant un bon moment. Je parlerai davantage du moment où j’ai pris conscience de la couleur de ma peau. Et surtout du fait que je n’avais pas la “couleur locale”. Certes, je suis  française. Mais, française “d’origine”. Ce n’est pas un label de qualité comme pour le vin ou le fromage. Non, c’est une façon de dire à tous que j’ai les papiers mais pas la saveur. Je suis un membre  de ce qu’on nomme poliment (?) la “minorité visible”. Tu penses! En effet quoi de plus visible que la couleur Mahogany?

Mahogany, j’ai piqué ça aux States, en fait c’est acajou mâtiné d’ébène, mais Mahogany, je trouve que ça a du cachet, oui comme… une appelation certifiée d’origine! En fait, je suis davantage, medium-brown-hazelnut que mahogny. Autrement dit, brun-moyen noisette. Mais bon, dans un pays qui chaque été vante les mérites d’une peau bronzée, nous avons le privilège d’arborer un magnifique teint halé, 24 sur sept.

Cette dénomination de “minorité visible”, a changé les choses jusque dans le monde glamour de l’esthétique. Ainsi, je tiens ça des charmantes  esthéticiennes élevées à l’ellipse et au sourire synthétique, je n’ai plus la peau noire, mais une peau brune, et dans le meilleur des cas, une peau ambrée, bronze doré (ça c’était chez Guerlain sur les Champs-Elysées). Bref, une couleur qui se fait très rare aux  rayons fond de teint des grandes surfaces.

C’est toute une histoire, la chasse au fond de teint noisette-ambré-moka…C’est une sorte de jeu de piste crypté pour esthéticienne de la majorité visible. Une façon implicite qu’on les grandes marques de cosmétiques de nous faire comprendre que nous ne le valons pas tant que ça! Et que quand nous le valons, nous le valons très cher!

Pour l’amazone mahogny à la recherche du fond de teint parfait, deux options se présentent: La marque, ou la démarque. La première a le droit aux honneurs des stands privés au Galfa ou autre Printemps. Elle est issue de laboratoires préstigieux. Elle est portée par des top models qui ont épousé des rock-stars. Elle nous rend sublimissimes, scintillantes de beauté, et plonge notre porte-monnaie dans un coma très inquiétant. La deuxiéme, on la trouve dans ce qu’on appelle affectueusement une “boutique exotique”. Elle trône entre les bananes plantains, la pâte d’arachide et le savon qui nous transforme en Michael Jackson. Moins de dépenses certes, mais plus de risque de voir sa peau prendre une couleur étrange, et de développer un cancer de la peau.

Dilemme, dilemme…

En tant qu’artiste “visible”, la chasse au parfait fond de teint, on l’avait compris, tient davantage de la quête du Graal que du prends-moi-donc, sur l’étagère beauté de Séphora ! Mais un jour, j’eus le bonheur de toucher au but! J’avais rencontré une chimiste qui avait créé, tenez-vous bien,  le fond de teint ultime! Le fond de teint sur mesure!!!

Mon rêve! Son rêve! Notre rêve!

En quand je dis “notre “, je parle des copines et des cousines mahoganys que j’ai rameutées grâce à radio “Féli”! Elles étaient toutes chez moi, frétillantes et pleines d’espoir. Ronke fut accueillie comme une rock-star. “Ronke! Ronke! Ronke!” Elle a déballé, pigments, palettes, pinceaux.  Nous avons, nettoyé, exfolié, hydraté. Et comme un Da Vinci de l’Afrique Sub-saharienne, elle a fait ses mélanges, elle a créé, pour chacune d’entre nous, un fond de teint customisé. Nous étions devenues nous, mais en vachement mieux! Tout ça grâce au pinceau magique, qui était offert avec le fond de teint pour la modique somme de 60 euros! La poudre en valait 75, mais nous étions “nous” mais en vachement mieux! Est-ce que c’est pas top ça? Nous étions heureuses, Ronke était ravie.

Oui…

Une chose qui nous avait échappée tant nous étions emballées à l’idée de montrer au monde nos peaux parfaites, recouvertes d’un fond de teint insoupçonnable, nous étions en hiver!

Et alors?

Pour nous autres mahoganys, dès que le soleil se pointe, je dis bien dès qu’il se pointe ( du style à la seconde), nous changeons de couleur. Et ce, progressivement. Il nous aurait donc fallu, un fond de teint pour littéralement chaque saison, chaque semaine voire si on est pointilleuse, chaque heure. En sachant qu’entre juin et septembre nous progressons d’une nuance et demie par mois, selon le degré d’exposition au soleil! Mon fond de teint ne me servit que trois mois .


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s