Des Bars de rire.

Ce qui est cool avec le projet 7, c’est qu’il arrive qu’on n’ait rien à dire. En tout cas, il arrive que les sujets de conversation se tarissent. Que mon cerveau soit  en berne, mes réflexions entrain de macérer dans leur jus. C’est là souvent qu’il faut se laisser aller.  Donc on l’aura deviné. Mes neurones sont entrain de sécher.  Je me suis offert des vacances.

J’ai eu recours à une méthode fantastique qui a pour résultat d’aérer la tête et de faire du ménage dans ses priorités. Horreur malheur, je n’en ai pas tant que ça en fait ! Je suis allé voir une Femme nommée Celia qui pratique les Access Bars. Trop long d’expliquer, une approche  simple ? La lecture du livre de Dain Heer « Sois toi et change le monde. »  C’est une nouvelle technique pour vous libère en quelques sortes des programmes conscients ou non qui conditionne nos actions et nos réactions.

Après cette séance, je me sentais comment dire… Bien. Ni joyeuse, ni triste. Juste là. Très étrange. Je me demandais si j’avais eu raison de payer 80€ pour ce service. Si je ne m’étais pas laissé influencer par mon souci de ne pas blesser la thérapeute. Parce que je ne voyais pas de grande transformation. Ce genre de choses m’arrivait chez le coiffeur quand je regardais mon reflet sur le miroir, et que je devais faire appel à mes talents d’actrice pour masquer le désespoir qui submergeait mon âme. Alors j’ai réglé mon écot et je suis partie. Première chose  bizarre. Je prends l’escalier après avoir attendu l’ascenseur plus de trois minutes sans me rendre compte que je n’avais pas appuyé sur le bouton d’appel. (En fait je m’en suis rendue-compte quand j’ai vu descendre le perfide appelé par une dame plus réveillée que moi).

Mais c’est après que j’ai eu une épiphanie. Je traversais la rue tranquillement. Et le temps d’atteindre le trottoir, je constate surprise que des piétons me regardent comme si je marchais sur les eaux. Je lève les yeux (de façon subtile actrice way) et je vois que je viens de traverser royalement, telle Beyoncé  laissant à l’arrêt des voitures conduites par des chauffeurs médusés et dociles. Pas de klaxon. Pas de chipage. Respect. A Paris c’est ce qu’on appelle un miracle.

Là j’ai compris que quelque chose avait changé chez moi et que j’allais devoir être plus que vigilante. Même pas peur attitude tout au long de la journée. Les choses glissaient sur le satin de ma conscience sans provoquer la moindre émotion. Et j’étais du coup capable d’être à l’écoute.  Et j’ai eu de belles conversations au tel avec mes copines.

Mais de fait, comme je n’ai rien dans la tête, je n’ai pas grand-chose à raconter. Hehe.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s